Échanges extérieurs

Qui ?
Quoi ?
Combien ?
Pourquoi ?
L'impact de l'énergie
  Les prix
  Utilisations
Le rôle de la croissance
L'euro
L'automobile
Les échanges intra-firmes
La compétitivité
Quels effets ?
QCM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

L'énergie : utilisations en France

 

Les dépenses en volume des carburants consommés



De 1960 à 1989, les dépenses de consommation de carburants ont progressé de 5,4 % par an en moyenne à prix constants. Depuis lors, elles stagnent et diminuent même depuis 2002 en raison des fortes hausses de prix. Les volumes sont en effet très sensibles aux prix : une hausse de 1 % du prix relatif des carburants induit une baisse des volumes d'achats de l'ordre de 0,4 % (autrement dit une « élasticité - prix » évaluée à - 0,4).
Les dépenses en volume de chauffage

Les dépenses d'énergie domestique sont surtout consacrées au chauffage (71 % en quantité). Elles sont suivies par les dépenses pour l'éclairage et les appareils électroménagers (13 %), pour l'eau chaude sanitaire (10 %) et le reste pour la cuisson des aliments.
En 2006, les dépenses de chauffage se sont élevées à 21,2 milliards d'euros. Depuis 45 ans, elles ont augmenté moins vite en volume (+ 2,5 % par an en moyenne) que l'ensemble des dépenses de consommation (+ 3,2 %), mais avec deux périodes très distinctes : la hausse était très vive jusqu'en 1973 (+ 6,2 % par an) ; depuis, elle est très modérée (+ 1,1 %). Depuis 1974, par ménage, les dépenses sont même en baisse de 0,2 % par an.
Ce changement de tendance s'explique essentiellement par des efforts d'économie d'énergie : changement d'équipements, isolation... L'évolution à plus court terme des dépenses est liée aux fluctuations des prix : une hausse de 1 % du prix relatif de l'ensemble de l'énergie domestique induit une baisse des achats en volume de l'ordre de - 0,2 % (autrement dit une « élasticité - prix » de court terme évaluée à - 0,2). Ces dépenses dépendent en outre des variations de température pour les deux trimestres les plus froids
 
Questions :
Depuis 1990, les dépenses énergétiques, aussi bien pour le carburant que pour le chauffage progressent-elles rapidement ?
      Oui      Non
Une élasticité négative indique que la consommation augmente avec le prix.
     Oui      Non
Une élasticité comprise entre 0 et -1 (ici - 0,4 et - 0,2) indique que la demande est élastique.
     Oui      Non
La hausse du prix de l'énergie favorise les économies d'énergie.
     Oui      Non
 
 
Mise à jour en mai 2009
Les échanges extérieurs