Consommation

Combien ?

Définition

Derniers chiffres
Tendances longues
Volume/valeur
  Les indices chaînés
Indice des prix
Que consomme-t-on ?
Les déterminants de la consommation
Des différences de consommation
Quels effets ?
Tests

 

 

 


Les comptes en volume chaînés

Pour éliminer les effets de prix dans l’analyse de la croissance du PIB et de ses composantes, les volumes sont conçus pour se rapprocher de la notion de quantité. Mais additionner des quantités de produits élémentaires n’a pas de sens : pour rendre ces quantités commensurables, il faut en attribuer aux quantités élémentaires le prix qu’elles ont à une période donnée. […]

Jusqu’en 2006, les prix des comptes trimestriels étaient mesurés avec une structure de prix fixe relative à une année donnée (l’année de base). On parle de « volumes à prix constants ». Mais cette méthode présente l’inconvénient de ne pas prendre en compte les déformations de la structure des prix relatifs. Par exemple, en quelques années, les prix des équipements électroniques ont beaucoup baissé et les quantités correspondantes ont beaucoup augmenté. De ce fait, en comptes à prix constant, la forte hausse de la quantité consommée de ce type de produit se trouve surpondérée au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’année de base. Afin de tenir compte des déformations de la structure des prix relatifs, il est possible de mesurer systématiquement l’évolution des volumes en fonction des prix de l’année précédente. Les comptes annuels sont ainsi calculés « aux prix de l’année précédente ».

Les comptes sont de plus « chaînés » pour conserver les évolutions, et non les niveaux, des volumes aux prix de l’année précédente d’une année sur l’autre, à partir de la valeur d’une année de référence donnée. En effet, les niveaux des volumes aux prix de l’année précédente ne peuvent pas être utilisés en séries temporelles puisque l’évolution entre les volumes de deux années consécutives comprend à la fois une évolution des prix de l’année de référence et une évolution des volumes. Sont donc élaborées et diffusées des séries annuelles d’agrégats « aux prix de l’année précédente, chaînés, base 2000 ». [...]

Les volumes aux prix de l’année précédente chaînés offrent l’avantage de prendre en compte la déformation des prix relatifs, ce qui est particulièrement souhaitable lorsque les prix de certains produits évoluent de façon très différente entre eux. En ce sens, ce mode de présentation des chiffres permet ainsi de fournir aux utilisateurs les séries les plus pertinentes possible pour décrire l’évolution réelle de l’activité. Ils posent en revanche certains problèmes. En effet, avec le chaînage, les séries perdent la propriété d’additivité stricte. Il en résulte que, d’une part, les égalités comptables ne sont pas strictement respectées sur des données en volume chaînées, et que, d’autre part, les séries chaînées correspondant à des niveaux plus agrégés ne sont pas égales à la somme des séries de niveau plus fin chaînées qui composent ce niveau agrégé.

Questions :
Quel est le défaut des comptes à prix constants ?
 

Pourquoi « chaîner » les comptes ?

.
.
 
Quel est le défaut des comptes chaînés ?
.
 
Mise à jour en juillet 2016