Consommation

Combien ?
Que consomme-t-on ?
Biens ou services ?
Services marchands ou non marchands ?
Fonctions
  Coefficients budgétaires
  Évolution par fonction
  Graphique des coefficients budgétaires
  Les explications de l'évolution
bb1 Origine des produits
Des différences de consommation
Les déterminants de la consommation
Quels effets ?
Tests

Tendances longues

Au-delà de la rupture de tendance survenue au milieu des années 1970, entre 1960 et 2008, la hausse des dépenses de consommation des ménages a été quasi continue, et a suivi celle de leur revenu : + 3,2 % par an en moyenne. Par habitant, la progression est de + 2,5 %, ce qui représente une multiplication par trois du volume de consommation en près de cinquante ans. Cette progression globale recouvre de profonds changements dans la structure des dépenses : les parts réservées à l’alimentation et à l’habillement se sont réduites, au profit notamment du logement, des transports, de la santé, des dépenses de communication et de loisirs. Cette transformation traduit des évolutions relatives des prix et des volumes de chacun des biens et services consommés. Outre l’accroissement total du budget disponible par personne, les mutations du marché du travail (taux d’activité), la nette progression du temps libre disponible par personne en emploi, l’évolution des goûts et des modes de vie, les facteurs socio-démographiques (type d’emploi, urbanisation, structure familiale…) et les progrès techniques sont autant de facteurs explicatifs de ces changements. Ce déplacement relatif de la consommation depuis les postes d’alimentation et d’habillement vers d’autres postes recouvre un phénomène plus massif encore : les services qui représentaient 30 % des dépenses de consommation en 1960, dépassent 50 % depuis le milieu des années 2000. Plus de la moitié de cette hausse tient aux seuls services de logement (paiement de loyers, qu’ils soient réels ou imputés aux ménages propriétaires occupant leur logement).
[…]
Ce déplacement relatif des dépenses des biens vers les services s’explique en premier lieu par un effet-prix : sur une longue période, le prix des biens, en particulier celui des biens manufacturés (+ 3,5 % par an), évolue nettement moins rapidement que celui des services (+ 5,9 % pour les services hors loyers). Cela tient au fait que les gains de productivité induits par le progrès technique bénéficient surtout à la fabrication des biens manufacturés, alors même que les augmentations salariales se diffusent dans tous les secteurs d’activité. C’est pourquoi, à structure de consommation inchangée en volume, la simple augmentation relative du prix des services par rapport à celui des biens tend à déformer la structure du budget des ménages.

 
Questions :
Au cours des cinquante dernières années, la consommation par habitant a été multipliée par :
 
flèche bleue La hausse de la consommation peut s'expliquer par :
 
L'augmentation de la part des services s'explique en partie par :
 
 
Mise à jour en août 2019