Développement durable

Introduction
Pilier économique
Pilier social
Pilier écologique
Les indicateurs agrégés
Limites du PIB
L'épargne nette ajustée
L'empreinte écologique
L'indice de développement humain (IDH)
Tests

Les limites du PIB

Conçu à une époque où la contrainte environnementale n’était pas clairement perçue, le PIB comptabilise comme une production courante la valeur des ressources naturelles mises sur le marché mais néglige les atteintes à l’environnement parce qu’aucun agent n’en supporte les coûts (externalités négatives) ; les mesures classiques du produit intérieur net (PIN) ne tiennent d’ailleurs compte ni de l’épuisement des ressources ni de la dégradation des actifs naturels ; en revanche, toutes les activités visant à remédier à ces atteintes ou à leurs conséquences négatives - en matière de santé, de confort, etc. - viennent grossir le PIB, dès lors qu’elles emploient des facteurs marchands ; paradoxalement, son augmentation peut être simplement la conséquence de la comptabilisation de dépenses de réparation sans que soient défalqués les dégâts qui les ont provoquées ; bien sûr, à chaque fois qu’une ressource non marchande devient marchande (cas de l’eau) ou que l’on crée un marché pour un élément de l’environnement (« marché du carbone » européen), sa valeur entre dans le calcul du PIB [...].

Selon certains auteurs, le bien-être du plus grand nombre possible d’êtres humains dépendra de la disponibilité d’un ensemble de facteurs de production, tels que les ressources naturelles, le « capital matériel et humain » [...]. Comme l’affirmait Léon Bourgeois dès 1902, chaque société dispose d’un patrimoine (biens physiques, naturels, culturels, état donné de santé, d’éducation, de sécurité) dont les évolutions importent tout autant que celles de la production ou du revenu tiré des échanges de biens et services ; nous héritons à chaque moment d’un système qu’il nous revient de maintenir ou d’améliorer et nous devons observer avec la même attention ces ressources que ce que nous produisons ; nous formons, en définitive, une société, un collectif qui reçoit un patrimoine général dont il importe de suivre les différents états.

 
Questions :
     
Le Produit intérieur net (PIN) correspond au Produit intérieur brut (PIB), auquel on ajoute l'amortissement. Vrai Faux
Le PIB (ou PIN) ne prend pas en compte les externalités. Vrai Faux
Le PIB (ou PIN) ne prend pas en compte les atteintes à l'environnement.             Vrai   Faux
 
 
 
 
Mise à jour en décembre 2016

Vous avez raison.
L'Indice de développement humain (IDH) est un indicateur agrégé (ou synthétique). Il résume donc le niveau de développement humain par un seul chiffre ce qui lui confère simplicité et lisibilité.

Vous vous trompez.
L'Indice de développement humain (IDH) est un indicateur agrégé (ou synthétique) et non un tableau de bord. Il ne prend donc en compte qu'un nombre nécessairement limité d'aspects du développement humain. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publie également d'autres indicateurs agrégés permettant de prendre en compte davantage d'aspects du développement humain (cliquez sur « autres variables » dans le texte pour une description).

Vous avez raison.
L'Indice de développement humain (IDH) prend en compte plusieurs dimensions du développement humain comme la santé et l'éducation. Il s'agit là de son principal avantage, de sa « raison d'être », en comparaison de la seule dimension monétaire contenue dans le PIB ou les revenus.

Vous avez tort.
Le Produit intérieur net s’obtient en déduisant du PIB l'amortissement, c'est-à-dire la Consommation de capital fixe (CCF) qui correspond au coût d’usure du capital au cours de la même période.

Vous avez raison.
Le produit intérieur net s’obtient en déduisant du PIB l'amortissement, c'est-à-dire la Consommation de capital fixe (CCF) qui correspond au coût d’usure du capital au cours de la même période.

Vous avez raison.
Une externalité est l'effet non voulu de l'action d'un agent économique sur au moins un autre, qui ne donne lieu à aucune transaction marchande. Elle n'est donc pas comptabilisée dans le PIB.

Vous avez tort.
Une externalité est l'effet non voulu de l'action d'un agent économique sur au moins un autre, qui ne donne lieu à aucune transaction marchande. Elle n'est donc pas comptabilisée dans le PIB.

Vous avez raison.
Les atteintes à l'environnement (exemple : pollution des eaux, des sols, etc.) constituent des externalités négatives. Elles ne sont donc pas prises en compte dans le PIB.

Vous vous trompez.
Les atteintes à l'environnement (exemple : pollution des eaux, des sols, etc.) constituent des externalités négatives. Elles ne sont donc pas prises en compte dans le PIB.

Vous avez raison.
Sachant que les émissions sur le territoire ont diminué entre 1990 et 2010, l'empreinte carbone ne peut avoir augmenté que si les émissions associées aux importations ont (fortement) augmenté.

Vous vous trompez.
La baisse des émissions sur le territoire entre 1990 et 2010 peut difficilement être associée à une hausse des émissions des établissements implantés sur le territoire.

Vous vous trompez.
Si l'empreinte carbone a augmenté entre 1990 et 2010, c'est, par définition, que l'impact de la Consommation en terme d'émissions de gaz à effet de serre est devenu plus important.