Développement durable

Introduction
Un développement socialement équitable ?
Créer des emplois
  Taux de chômage et taux de sous-emploi
  Lutter contre le chômage
  Taux d'emploi des seniors
  Les préretraites
  Les retraites
  Jeunes hors emploi et hors formation
  Lutter contre le chômage des jeunes
Partager les richesses
Partager le pouvoir
Partager le savoir
Mieux vivre
Un développement écologiquement soutenable ?
Mesurer le développement
Tests
Fiches de TD

Les préretraites

La fin des préretraites progressives
Depuis le 1er janvier 2005, les entreprises ne peuvent plus signer de convention de préretraite progressive qui permettait de transformer un emploi temps plein en un mi-temps et de compléter le salaire réduit par une allocation de préretraite.
Des départs en préretraite plus onéreux
Les entreprises qui ont recours à des préretraites d’entreprise paient une contribution égale à 50% des avantages versés. En outre, pour les salariés en préretraite depuis le 11 octobre 2007, la CSG ponctionnée sur leur salaire est alignée sur celle prélevées sur les salaires ; elle est passée de 6,6% à 7,5%.

 

Entrées en préretraites avec participation de l'État (secteur privé) et en chômage indemnisé (régime d'assurance chômage) , pour les personnes de 55 ans et plus
Champ : France métropolitaine.
D'après DARES - Analyses - septembre 2010 n°62 pour la période 1985-2009
D'après Pôle Emploi et Sécurité Sociale pour 2010.

Questions :

Quel a été en % le taux de variation du nombre de personnes entrées dans un dispositif de préretraite entre 1996 et 2010 ?

Indiquez votre réponse avec une décimale (ex. : 25,4) et arrondissez au plus près.
%

Quel a été en % le taux de variation du nombre de personnes entrées au chômage indemnisé entre 1996 et 2010 ?

Indiquez votre réponse avec une décimale (ex. : 25,4) et arrondissez au plus près.
%

L'Etat a-t-il favorisé le développement des préretraites dans la période récente ?
      Oui       Non

La forte réduction des entrées dans un dispositif de préretraite a-t-elle contribué a augmenté le taux d'emploi des seniors ?
      Oui       Non

Quelle est la conséquence de cette disparition des préretraites ?
      réaliser des économies budgétaires       réduire l'exclusion des chômeurs       réduire les dépenses de retraite

 

Mise à jour en mars 2012

Préretraites
Dispositifs apparus en 1972 et permettant à des travailleurs âgés de partir à la retraite avant l'âge légal de celle-ci. Ces dispositifs visent à réduire le chômage et sont en partie financés par les pouvoirs publics.
Vous vous trompez.
Les préretraites progressives ne sont plus autorisées depuis 2005. De plus, les entreprises qui souhaiteraient développer les départs en préretraite de leurs salariés âgés sont pénalisées financièrement. L'ensemble de ces mesures vise à faire disparaître ces dispositifs.
Vous avez raison.
Les préretraites progressives ne sont plus autorisées depuis 2005. De plus, les entreprises qui souhaiteraient développer les départs en préretraite de leurs salariés âgés sont pénalisées financièrement. L'ensemble de ces mesures vise à faire disparaître ces dispositifs.
Vous vous trompez.
La forte baisse des entrées dans un dispositif de préretraite s'accompagne d'une forte augmentation du nombre de chômeurs indemnisés. Dans ces conditions, tout se passe comme si les seniors qui n'ont pu bénéficier d'une préretraite se retrouvaient au chômage. Le taux d'emploi des seniors ne s'améliore donc pas grâce à cette mesure, l'objectif de développement durable socialement équitable n'est pas atteint.
Vous avez raison.
La forte baisse des entrées dans un dispositif de préretraite s'accompagne d'une forte augmentation du nombre de chômeurs indemnisés. Dans ces conditions, tout se passe comme si les seniors qui n'ont pu bénéficier d'une préretraite se retrouvaient au chômage. Le taux d'emploi des seniors ne s'améliore donc pas grâce à cette mesure, l'objectif de développement durable socialement équitable n'est pas atteint.
Vous avez raison.
Les pouvoirs publics finançant en partie ces dispositifs de préretraite, leur disparition est bien une source d'économies budgétaires. Dans ce dossier, la page « Lutter contre le chômage » fait apparaître qu'en 2000 les dépenses pour les politiques du marché du travail consacrées aux préretraites s'élevaient à 2,592 milliards d'euros. En 2009, elles se montaient à 0,296 milliards d'euros, soit plus de 2 milliards d'économies par an.
Vous vous trompez.
Si les préretraites provoquaient l'exclusion des seniors du marché du travail, le chômage ne les aidera pas plus à s'y réinsérer. De plus, l'indemnisation du chômage est loin d'être durable, les revenus des préretraités potentiels qui sont en fait chômeurs maintenant vont se réduire, provoquant ainsi de l'exclusion économique et sociale supplémentaire.
Vous ne vous trompez peut-être pas.
Les préretraites ne sont pas financées par les caisses de retraite. Leur disparition n'aura donc à priori aucune conséquence sur les dépenses de retraite. Le chômage croissant des seniors n'améliorera pas les recettes des caisses de retraite, ne travaillant pas, ils ne cotisent pas ou fort peu. Toutefois, la période de chômage est en partie seulement comptabilisée pour le calcul de la durée de cotisation. Dans ces conditions, l'âge auquel on pourra prendre sa retraite à taux plein risque de reculer, ou bien les personnes concernées choisiront de partir au même âge qu'auparavant mais avec une retraite amputée. Dans les deux cas se profile à terme une réduction des dépenses de retraite.