Investissement

L'investissement

Combien ?
  Qui ?
  Quoi ?
  Pourquoi ?
  Quels effets ?
  Tests
QCM investissement
 QCM déterminants
3 notions
Équilibre emplois-ressources
Texte à trous : définition et mesure de l'investissement
Transformations de l'investissement
Déterminants de l'investissement
Modalités de financement
 

Texte à trous

3. Les déterminants de l'investissement

Les modes de financement et les facteurs influençant la décision d'investissement des chefs d'entreprise sont nombreux.

1. Les modalités de financement de l'investissement

L'entreprise peut financer ses investissements à partir de ses propres ressources, c'est-à-dire de son épargne personnelle (profits non distribués + amortissements) ; on parle alors d' ou de . Elle peut aussi recourir à un . Ce dernier peut prendre, pour l'essentiel, deux formes :
- l'entreprise peut recourir à l'emprunt bancaire, on parle alors de , dans la mesure où elle passe par un intermédiaire pour emprunter des capitaux ;
- l'entreprise peut émettre des titres (actions et/ou obligations), on parle alors de , dans la mesure où l'entreprise fait appel directement au marché financier.
Le choix d'un type de financement n'est pas neutre pour l'entreprise : le
recours au oblige l'entreprise à rémunérer les apporteurs de capitaux ( , s'il s'agit d'un emprunt, , s'il s'agit d'une émission d'actions) alors que le recours au est gratuit. Le choix d'un type de financement peut donc avoir des conséquences sur la la rentabilité future du projet d'investissement.

2. Les facteurs influençant la décision d'investir

La décision d'investir est le résultat de plusieurs facteurs.

- La demande globale de biens et services joue un rôle important, c'est-à-dire la demande de biens et services des ménages (la consommation), la demande des entreprises et des administrations (consommation intermédiaire et investissement) et la demande étrangère (les exportations). Si les chefs d'entreprise anticipent une augmentation soutenue et durable de la demande, alors ils auront tendance à investir pour accroître leurs capacités de production ; l'investissement permet donc à l'entreprise d'ajuster sa à la qu'elle anticipe. C'est ce qui s'est passé en France . Toutefois l'entreprise n'investira, en cas d'augmentation soutenue et durable de la demande, que si ses sont saturées, c'est-à-dire proche de 100 %. Dans le cas contraire, elle préférera mettre en service ses équipements inutilisés au lieu d'acheter de nouveaux équipements.
À l'inverse, si les chefs d'entreprises anticipent un ralentissement (voire une diminution) de la demande, ils investiront moins (voire pas du tout) ; c'est ce qui s'est passé en France .

- Le profit joue également un rôle important ; tout d'abord, il donne à l'entreprise le moyen de financer elle-même tout ou partie de son projet d'investissement ; ensuite, il donne à l'entreprise le désir d'investir, car elle réalisera son projet d'investissement si son investissement lui rapporte plus qu'il ne lui coûte. Ainsi, des profits qui augmentent inciteront les entreprises à investir. En France, selon les données de l'Insee, il a existé, jusqu'au début des années 1990, une corrélation positive entre le taux de marge ( ) et le taux d'investissement ( ) : quand le taux de marge , le taux d'investissement augmentait, et vice versa.

- Les taux d'intérêt influencent aussi la décision d'investir ; il est nécessaire de distinguer deux cas de figure.
Si l'entreprise peut s'autofinancer, avant de prendre sa décision l'entrepreneur compare les profits attendus de son investissement au taux d'intérêt réel (rémunération réelle des placements financiers). Si le taux de profit attendu est au taux d'intérêt réel, l'entrepreneur décidera d'investir ; dans le cas contraire, il n'investira pas mais pourra utiliser ses ressources financières pour effectuer des placements financiers (achat d'obligations).
Si l'entreprise doit emprunter pour financer son investissement, elle prendra en compte le coût de l'emprunt ; en effet, les taux d'intérêt réels influencent les coûts financiers de l'entreprise (des taux en hausse augmenteront ses coût financiers). De plus, avant de prendre sa décision l'entrepreneur compare le coût de son emprunt (taux d'intérêt réel) aux profits attendus de son investissement . Si le coût de l'emprunt est aux profits attendus, l'entrepreneur investira, car l'investissement lui rapportera plus qu'il ne lui coûte ; dans le cas contraire, il n'investira pas.

La décision d'investir résulte d'un calcul complexe de la part du chef d'entreprise qui doit prendre en compte de nombreuses variables : consommation des ménages, exportations, profits, taux d'intérêt.

 

  Note :
    Résultats détaillés :
Mise à jour en août 2016