Mobilité sociale

Lire les tables
Quelle mobilité ?
Pourquoi ?
Mobilité structurelle
École
Famille
  Diplôme des parents
La lecture
Conditions matérielles
Grandes écoles
Insertion sur le marché du travail
Chômage des parents
Ambition des jeunes
Mobilité des enfants d'ouvriers
Mobilité des enfants d'immigrés
Tests


Mobilité des enfants d'immigrés

 
Les enfants d'immigrés ont-ils une mobilité sociale un peu plus élevée que ceux de parents nés en France (revoir la page), pourquoi ?
Sept ans après leur entrée en 6e, les enfants d’immigrés portent sur leur avenir professionnel et universitaire un regard qui, comme pour les autres jeunes, tient pour beaucoup à leur situation scolaire, mais reste néanmoins singulier. Malgré des résultats scolaires en moyenne moins favorables, ils souhaitent plus souvent entreprendre des études supérieures, et choisissent majoritairement une filière technologique de l’enseignement supérieur court. Ils envisagent aussi différemment leur futur métier. Filles ou garçons, ils accordent une place plus large que les autres jeunes aux professions commerciales et administratives. Un tel choix reflète une volonté plus affirmée d’améliorer leurs conditions matérielles d’existence et un rejet plus net de la condition ouvrière. Au terme de leurs études secondaires, les enfants d’immigrés restent ainsi en grande partie fidèles aux aspirations élevées de leurs parents et à la volonté d’ascension sociale qui est souvent sous-jacente au projet migratoire.

Questions :

Les jeunes d'origine étrangère souhaitent moins souvent poursuivre des études supérieures.        VRAI         FAUX      

Les parents immigrés ne soutiennent pas leurs enfants lors de leurs études.          VRAI       FAUX
Les enfants d'immigrés rejettent davantage la condition ouvrière que les enfants de parents nés en France.               VRAI           FAUX
 
Pour aller plus loin :

Différences selon l'orgine géographique des parents.

 
Mis à jour en mars 2009